Giuseppe Zivieri est né en 1933 dans une famille d’agriculteurs. Toute sa vie, il va travailler aux champs et habiter dans une petite maison en compagnie de sa sœur. Tous deux sont célibataires.

C’est en 1951 qu’il commence à peindre en autodidacte durant ses pauses de travail. Ses tableaux sont peints à la détrempe et à l’huile sur papier. Il puise son inspiration dans la nature et représente des paysages champêtres, des bois, des maisons, avec des couleurs rabattues qui expriment une espèce de mélancolie. En 1971, Dino Menozzi lui rend visite et lui propose de se mettre à la gravure et il va réaliser ses premières pointes sèches. Puis, autour des années 2000, son travail évolue encore ; cette fois-ci vers l’abstraction. Ses dessins se composent alors de taches et de points colorés, avec quelques visages et outils agricoles dispersés, ici et là. En 2007, il peint sur des cartons monochromes des paysages où se mêle des silhouettes anthropomorphiques et des animaux fantastiques qui se confondent avec la végétation. Enfin, dans sa dernière phase créatrice, il peint des visages de profil qui portent des chapeaux et qui sont tous orientés vers la gauche et cernés d’un contour grossier. L’intérieur de la tête présente un réseau de lignes et de points de couleur rouge, tout comme le nez et l’œil du personnage.

Giuseppe Zivieri est décédé en 2009.

Publications

Revue « Création Franche » N° 41, Décembre 2014

Entrée dans la collection : 2015

Zivieri, Giuseppe (1933 – 2009)