Ciska Lallier est née le 7 mai 1949 à Grenoble. Elle suit des études de Lettres et d’Histoire de l’Art. Pendant un an, elle voyage aux Etats-Unis où elle pratique la photographie. Elle commence à peindre en 1971, dans une facture naïve, des baigneuses figées dans des décors fleuris et agrestes qui se développent à l’infini. Elle participe à l’exposition « Les Singuliers de l’Art » à Paris en 1977.
Peu à peu, son travail évolue vers des modes d’expression variés : objets en papier mâché, tissages proches de l’artisanat indien, sculptures… pour trouver son aboutissement dans la peinture où elle développe une iconographie menaçante ayant pour thèmes la mort, les rapports de l’homme et de l’animal, la possession sexuelle ou maléfique. Dans ses œuvres « animalières », défile toute une mythologie symbolique commune à de très nombreuses civilisations : chats, lézards, aigles, licornes, jaguars, serpents, taureaux, etc. Fascinée par la culture précolombienne, elle effectue un voyage au Mexique pour retrouver, dit-elle, ses lointains ancêtres « spirituels ». L’univers sombre de Ciska est composé d’un bestiaire agressif qui peu à peu fera place à la figure du taureau, incarnation de la force et de la vitalité.
À la fin douloureuse de sa vie, Ciska Lallier vend des bijoux sur les marchés. Elle meurt le 6 janvier 1991.

Publications

– Catalogue « Les Jardiniers de la Mémoire », Septembre 1990.
– Catalogue « Regards sur la Collection », Mars 1994.
– Catalogue « Donation Claude Massé », Mars 1999.
– Catalogue « Collection Création Franche – 1989-2010 », Septembre 2010.

Lallier, Ciska